« Others cities

The website for going out with friends and making new friends in your city.
         
Our Good Deals »
OVS Holidays »
  • Thanks to your help, the site will remain healthy
  • Detects problems and win points for becoming VIP Member
  • Your anonymity is guaranteed!

Which offense do you want to submit to the community?

Login
(Letiziawendy)


Photo



Profile description




Click to enlarge

Character

Registration date
20 July 2008

Last connection
14 September 2019 - 23h32

Certified member  by
 Lolita974

Their favorite events
 

Registration reliability
0 0 0 0
 
Personal Info
Rankings
First Name : Laetitia
Sex : Woman
Status : Unknown
Birthday : 10 Apr 1969 (50 )
Area : Var

Active on forums#43 (+2)
A few words

 

 

 

En ce jour, Créateur de l’univers, nous te demandons de nous aider à nous accepter tel que nous sommes, sans jugement.

Aide-nous à accepter notre mental tel qu’il est, avec toutes nos émotions, nos espoirs et nos rêves, notre personnalité ainsi que notre façon d’être qui est unique.

Aide-nous à accepter notre corps tel qu’il est, dans sa beauté et sa perfection.
Que l’amour que nous avons pour nous-mêmes soit si fort que jamais plus nous ne puissions-nous déprécier ni saboter notre bonheur, notre liberté et notre vie affective.
A partir de maintenant, que chacune de nos actions, réactions, pensées, émotions soient fondées sur l’amour.

Aide-nous, Créateur, à accroître l’estime que nous avons pour nous-mêmes afin que le rêve entier de notre vie soit transformé, qu’on passe de la peur et du drame à l’amour et la joie.

Que le pouvoir de l’amour de nous-mêmes soit assez fort pour faire éclater tous les mensonges qui nous disent que nous ne sommes pas assez bon, ou assez fort, ou assez intelligent, que nous sommes incapable de réussir.
Que le pouvoir de notre amour de nous-mêmes soit si fort que nous n’ayons plus besoin de vivre notre vie selon l’opinion des autres.

Que nous ayons complètement confiance en nous-mêmes pour faire les choix que nous devons faire. Avec l’amour de nous-mêmes, nous n’avons plus peur de faire face aux responsabilités ni aux problèmes que nous pouvons résoudre car ils ne nous font plus peur. Quel que soit ce que nous voulons accomplir, puissions-nous le faire par le pouvoir de l’amour de soi.

A partir d’aujourd’hui, aide-nous à nous aimer nous-mêmes de telle façon que nous ne dressions jamais d’obstacle sur notre chemin.

Nous pouvons vivre notre vie en étant nous-mêmes sans faire semblant d’être quelqu’un d’autre simplement pour que les autres nous acceptent.
Nous n’avons plus besoin que les autres nous acceptent ou nous disent que nous sommes quelqu’un de bien car nous savons ce que nous sommes et qui nous sommes.

Investi du pouvoir de nous aimer, réjouissons-nous chaque fois que nous nous regardons dans le miroir. Sourions sans retenue de façon à faire ressortir notre beauté intérieure aussi bien qu’extérieure. Aide-nous à ressentir un tel amour pour nous-mêmes que nous puissions toujours être heureux avec nous-mêmes.

Puissions-nous nous aimer sans nous juger parce que lorsqu’on se juge on apporte les reproches et la culpabilité, et nous éprouvons le besoin de nous punir et nous perdons ton amour de vue. Donne-nous la force de nous pardonner aussitôt.
Efface de nos esprits le poison émotionnel et les autocritiques afin que nous puissions vivre en paix et amour.

Que l’amour envers nous-mêmes nous donne le pouvoir de changer le rêve de notre vie.
Avec ce nouveau pouvoir ancré dans nos cœurs, que nous confère l’amour de soi, transformons les relations.
Aide-nous à nous libérer de tout conflit avec les autres. Réjouissons-nous du temps que nous partageons avec ceux que nous aimons et de pouvoir leur pardonner toute injustice que nous ressentons dans notre mental.

Aide-nous à nous aimer nous-mêmes avec une telle force que nous arrivions à pardonner à tous ceux qui nous ont blessés au cours de notre vie.
Donne-nous le courage d’aimer notre famille et nos amis de façon inconditionnelle et de faire en sorte que nos rapports avec les autres soient aussi positifs et aimants que possible.

Aide-nous à ouvrir de nouveaux modes de communication avec les autres de telle sorte qu’il n’y ait aucun rapport de force, qu’il n’y ait ni gagnant ni perdant.
Que nous puissions travailler ensemble en équipe pour l’amour, la joie et l’harmonie.

Que nos rapports avec notre famille et nos amis soient fondés sur le respect et la joie afin que nous n’éprouvions plus le besoin de leur dire comment penser ou comment être. Que nos rapports sentimentaux soient les plus merveilleux. Que nous ressentions la joie à chaque fois que nous sommes avec notre partenaire.

Aide-nous à accepter les autres tels qu’ils sont, sans les juger, parce que quand nous les rejetons, nous nous rejetons nous-mêmes et quand nous nous rejetons nous-mêmes, nous te rejetons toi.

Aujourd’hui est un nouveau départ.  Aide-nous à recommencer notre vie à partir d’aujourd’hui avec le pouvoir de l’amour que nous avons pour nous-mêmes.

Aide-nous à aimer la vie, à prendre plaisir à nos relations, à explorer la vie, à prendre des risques, à vivre intensément et à cesser de vivre dans la peur d’aimer.

Ouvrons notre cœur à ce qui est notre droit de naissance.

Aide-nous à devenir Maîtres dans les actes de Reconnaissance, de Générosité et d’Amour afin que nous puissions jouir de toute la création pour toujours et à jamais.

Don Miguel Ruiz

La prière de l’estime de soi à télécharger en MP3 ici

La prière de l’estime de soi à télécharger en pdf ici

Lumineuses Fêtes de Fin d’année;-)

- See more at: http://www.viedebonheur.ch/priere-pour-lestime-de-soi-de-don-miguel-ruiz/#sthash.iPfKwtGu.dpuf

 

Dieu n’est responsable de rien, car il n’existe pas.

Vous l’avez crée par peur et par nécessité.

Vous vous sentez très impuissant et aimez supplier un Grand Chef Hypothétique de s’occuper de vous.

Vous êtes le créateur de votre Dieu et non le contraire.

Vous projetez sur Lui l’image idéale et inverse de vous-même. Vous êtes petit, Il est grand. Vous êtes faible, Il est fort. Vous êtes ignorant, Il est omniscient…

Cela vous réconforte de pouvoir courtiser et implorer Superman. Ne soyez pas puéril, personne ne vous écoute.

La nature sera avec vous uniquement si vous êtes avec elle. La vraie prière est un état de profonde confiance en l’existence, un acquiescement silencieux à la vie.

Une telle prière n’infléchit l’humeur d’aucun Dieu, elle réalise peu à peu une métamorphose en vous- même.

 

 

Osho Rajneesh- extrait du livre « l’harmonie invisible 

 

Le vrai Amour est ni physique,ni romantique

Le vrai Amour est l'acceptation de tout

Ce qui est, a été, sera ou ne sera pas

Ce que nous faisons pour nous-même disparaît avec nous

Ce que nous faisons pour les autres et le monde,

est immortel et demeure

 

 

 

«Nous ne savons pas comment être avec soi même. Alors nous nous seccntons seul parce que nous menons nous même. Nous avons perdu le contact avec nous même. C'est quand on se met en contact avec soi même.quand on s'aime soi même quand on devient ami                               c'est très important de s'aimer soi même, pas de manière égoïste, pas de manière névrotique mais de manière authentique et nous méritons notre Amour. Celui qui s'aime lui même, ne fait pas de mal à autrui. Si vous manquez d'amour, il vous manquez une grande part de vous même et cela vous manque et vous désirez retrouver cela.retrouvez l'unité. C'est pourquoi on a toujours besoin de quelqu'un qui nous aime,afin de pouvoir s'aimer soi même.quelque fois on trouve quelqu'un qui inspire cet Amour et nous allons cette personne.en un sens cette personne vous inspire pour vous aimer vous même et la c'est vraiment ca Amour.si vous savez vous aimer vos même authentiquement. Vous pouvez ainsi être un très bon compagnon. Un compagnon sain dans une relation amoureuse.» SR

 

 

La vérité de la souffrance fait référence à la fois à l’environnement extérieur et aux habitants qui s’y  trouvent. L’environnement extérieur : c’est les 6 royaumes du samsara, et les habitants : c’est les êtres des enfers, des esprits avides, des humains, des animaux, des demi-dieux et des dieux  et des  3 royaumes du samsara.  Il y a différents environnements extérieurs pour les habitants des 6 classes.

1/ les enfers chauds et froids.

2/L’environnement désolé et de famine des esprits avides,

3/ les océans et les continents où se trouvent les animaux,

4/ le continent du K. :  la demeure de la plupart des êtres humains,

5/ les palais et le paradis des dieux,

6/ les régions des dieux jaloux.

 Ceci ce sont les environnements extérieurs. Les habitants se sont les êtres qui vivent dans ses lieux. C’est deux choses : l’environnement et ses habitants constituent la vérité de la souffrance. Ce que l’on appelle la vérité de la souffrance qui est le résultat. Les 3 types de souffrance.

Quand le Bouddha a dit que nous devons connaitre la souffrance. Il a indiqué dans la même idée que nous ne savons pas vraiment ce qu’est la souffrance. On ne reconnait même pas que la souffrance est souffrance. Très souvent, nous confondons souffrance avec bonheur. C’est la fin de la citation de Dugche Rinpoché.

L’environnement matériel des 3 royaumes du samsara et même les corps des êtres qui habitent ces environnements sont tous de par leur nature même souffrance. Tant qu’ils existent, il y a les 3 formes de souffrance. (la souffrance de la souffrance, la souffrance du changement et la souffrance qui embrasse tout du conditionnée)

1 – La souffrance de la souffrance : peut être décrite tout simplement comme l’expérience immédiate et directe de toutes les sortes de douleur et d’inconfort. La majorité des êtres des royaumes inférieurs comme les enfers sont affligés de  souffrance sur  souffrance, c'est-à-dire qu’ils sont tourmentés physiquement et mentalement et de plus de souffrance s’empile sur leurs souffrances déjà existantes. C’est comme attraper la lèpre et avoir encore en plus des ulcères. Ou alors la piqure de l’eau salé quand on vous la met sur une plaie.

La souffrance des humains c’est la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort. La souffrance de la souffrance n’est pas seulement la souffrance physique, elle inclut également la dimension émotionnelle et psychologique de la souffrance.  Par exemple, la souffrance des émotions intenses comme la colère, la jalousie, l’embarras, la blessure que nous ressentons quand quelqu’un dit quelque chose de dur ou le chagrin quand on perd quelqu’un que l’on aime sont des expériences très vives de cette sorte de souffrance. Il y a aussi des problèmes psychologiques persistants comme la dépression, le sentiment d’être seul et une basse estime de soi-même. Ex amusant vous espérez passer des vacances à Paris en pensant prendre du bon temps d’un homme. Votre ami français qui vous attendait est à l’hôpital. Sa famille est très énervée, elle ne veut pas vous fournir l’hospitalité à laquelle vous vous attendiez. Vous décidez d’aller à l’hôtel mais vous n’avez plus d’argent. Vous décidez de changer votre argent au marché noir. Et vous vous faites avoir. Votre soi-disant ami commence à ne plus vous aimer du tout. Il vous considère comme une nuisance. Vous voulez revenir chez vous mais tous les vols sont annulés à cause de la tempête. Vous êtes désespéré chaque heure et chaque seconde est importante pour vous. Vous marchez de long en large dans l’aéroport et votre visa tombe à  expiration. Il faut que vous sortiez du pays très vite. Et expliquer aux autorités votre situation est difficile parce que vous ne parle pas la langue. De telles situations se produisent constamment, nous  devenons  speed, nous essayons de nous débarrasser de notre douleur et nous tombons dans plus de douleur. La douleur est très réelle, on  ne peut  pas prétendre que nous sommes très heureux et en sécurité. La souffrance est notre compagnon de tout les instants.

 

2 – La souffrance du changement : est plus subtile. Elle est souvent expliquée en termes de satisfaction, confort, sécurité et plaisir que nous tirons des objets ou des situations qui sont destinés à changer. La majorité des êtres des royaumes supérieurs, comme les êtres humains et les dieux du royaume du désir sont affligés par la souffrance du  changement. Alors que leurs prospérités déclinent, que les rencontres finissent par les séparations. Et tout ce qui a été rassemblé est dispersé. Tout ce temps, tout ce que nous présumons comme étant bonheur n’est rien d’autres que les conditions et les causes de la souffrance. L’exemple que nous avons ici c’est de ne pas manger la bonne quantité de nourriture. La souffrance du changement vient de notre attachement aux plaisirs consistants à obtenir ce que l’on veut (une relation, un travail, une bonne place à un examen ou une très belle voiture). Malheureusement le plaisir basé sur les sources extérieures est temporaire par nature. Une fois qu’il s’éteint, nous revenons à notre état « normal » et nous nous sentons encore pire d’auparavant. Ceci nous amène à rechercher du plaisir à nouveau, peut-être dans une autre relation, ou dans un autre travail ou dans un autre objet. Encore et encore nous recherchons le plaisir, le soulagement et  le réconfort dans des objets extérieurs et des situations qui ne peuvent absolument pas accomplir nos espoirs et nos attentes. La souffrance du changement peut être comprise comme une addiction. Une recherche infinie pour un sentiment de plaisir qui est toujours hors d’atteinte. C’est une quête infinie pour un bonheur durable qui n’est jamais atteint. Cela est comparé par les maitres, cette conduite d’addiction, à lécher du miel sur une lame de rasoir. La sensation initiale peut être douce mais il y a des dégâts collatéraux. Quand on cherche la satisfaction dans les autres ou les objets extérieurs ou les situations ou les événements cela fait que renforcer une croyance souterraine que nous ne sommes pas vraiment dans la plénitude et que nous avons besoin de quelque chose d’autres pour faire l’expérience de la sécurité, la stabilité, etc… Ceci est la souffrance du changement.

3 – La souffrance obnipénétrante conditionnée : le fondement des deux premiers types de souffrance est la troisième. Tous les êtres dans le samsara depuis le sommet de l’existence jusqu’en bas est constamment affligé par la souffrance obnipénétrante conditionnée. Le sommet c’est le royaume des dieux et ainsi de suite. Ceci est du au fait qu’ils ne sont pas allés au-delà des causes et des effets souillés. L’exemple est le poison dans le corps. Ce type de souffrance n’est pas explicitement douloureuse et n’ implique pas non plus cette stratégie de recherche du plaisir additive associé à la La souffrance du changement. Elle est plutôt décrite comme une agitation fondamentale, un sentiment de démangeaisons subconscientes. Le Dalai Lama dit que le 3ème niveau de la souffrance obnipénétrante conditionnée fait référence au fait nu de notre existence non éveillé qui est dominé par l’ignorance. L’ignorance c’est notre mauvaise compréhension fondamentale sur la nature des choses. Tant que nous sommes dans cet ignorance, il n’y a pas la possibilité d’un état permanent de bonheur. Un certain type de problème, un certain type de trouble s’élèvera toujours. La raison pour laquelle elle s’appelle La souffrance obnipénétrante conditionnée c’est parce que cet état d’existence sert de base non seulement pour les expériences douloureuses de cette vie mais aussi pour les causes et conditions de la souffrance future. Comme elles ont la nature de ses 3 types de souffrance, il est dit que l’environnement et les êtres des 3 royaumes sont la souffrance résultante.

Maintenant les bienfaits  de la reconnaissance de Douca (la souffrance) : Si nous souffrons mais n’en sommes pas conscient, nous n’aurons jamais la motivation d’éliminer la souffrance et nous continuerons à souffrir, mais une fois que nous devons conscient de la souffrance nous pouvons commencer à la surmonter. Quand nous devenons conscient que beaucoup de chose qui nous semblent nous rendre heureux inclus les germes de la souffrance. Nous serons beaucoup moins attachés. Nous penserons ceci semble être le bonheur mais il contient une souffrance inscrite en lui et nous perdrons notre appétit pour cela. Il nous faut savoir ce qu’est la souffrance. Si nous reconnaissons la souffrance comme la souffrance et nous savons ce que c’est.Nous pouvons trouver une façon de nous en libérer. Par contre si nous ne savons pas comme purifier la souffrance ou même si nos nions l’existence de la souffrance cela empire.

C’est un mythe. C’est une compréhension erronée ; Bien sûr la souffrance est souffrance . Et l’on pense que la souffrance est vraiment de la souffrance et ainsi l’on développe de l’aversion envers  la souffrance. Ce qui n’aide pas vraiment. Ca nous fait parfois l’ignorer cette souffrance. C’est ça le malentendu, si on en vient à connaitre cette souffrance  ainsi on en arrive à Devenir ami avec elle, elle devient tolérable. Exemple d’un Rinpoché qui avait une leucémie. Il a dit c’est la nature du samsara. Quand on va à Berlin, tout le monde parle allemand. Tant que vous êtes dans la samsara, la nature est souffrance. Plus vous acceptez cela. Plus vous reconnaissez que la nature de la souffrance. Que vous ne recherchez pas toujours le bonheur. C’est le bonheur que nous recherchons qui est la cause de notre souffrance, souvent. C’est au nom du bonheur que l’on traverse tellement de problème. Et l’on arrive à avoir plus de souffrance que de bonheur. Plus on accepte et l’on devient ami de la souffrance. Cela devient plus facile. Il y a un renoncement naturel et l’on a moins d’attachement au samsara. Ainsi vous aurez moins de désir. Normalement on a une idée romantique et idéale qu’il n’y a pas du bonheur dans le samsara mais il n’y en a pas. Le fait que vous puissiez accepter.    Beaucoup de gens pensent que penser la souffrance est déprimant, c’est le contraire si l’on en vient à accepter la souffrance, il y a un soulagement dans la reconnaissance. C’est pourquoi le bouddha a dit : La souffrance doit être comprise ou connu. Une fois que vous connaissez la souffrance. Le dalai lama l’a dit : Le Bouddhisme n’est pas un philosophe morbide à parler de la souffrance tout le temps. Une fois que vous en venez à  connaitre que vous souffrez. On peut vous montrer une issue. Jusqu’à ce moment là, on ne peut rien faire pour la surmonter. C’est ça le but. Ce n’est pas pour continuer à souffrir. C’est pour vous dire, ceci est intolérable. C’est pourquoi il est dit le samsara est un océan de souffrance intolérable et d’une insoutenable intensité. Comment on peut sortir de la souffrance en trouvant le chemin de la cessation de la souffrance. Il y a une façon d’arriver à la cessation qui est la paix du nirvana.

Tout dans cette vie est un fait futile et n’a pas de sens.

Ce qui est haut descend, ce qu’est bas remonte

 

 

 

 

 

Extrait vidéo de Matthieu Ricard : "Le but sans but de la méditation, c’est de permettre l’épanouissement de cette liberté intérieure, de cette simplicité qui, elle-même, permettra spontanément l’éclosion d’un amour inconditionnel. On dit que la sagesse,  comme la connaissance : c’est un soleil qui dissipe les voiles de l’ignorance. Et quand il y a du soleil les rayons vont briller spontanément. Le soleil n’a pas besoin de faire des choses en plus pour briller sur le monde. Quand la connaissance, la liberté intérieure est présente. La compassion s’exprimera naturellement. On compare aussi la sagesse et la compassion aux 2 ailes d’un oiseau. Elles vont croitre ensemble. Un oiseau n’apprend pas d’avoir à voler de l’aile gauche, puis de l’aile droite. La connaissance, la compréhension juste de la réalité, la compréhension juste de la nature de l’esprit va de pair avec plus d’ouverture à l’autre parce qu’en comprenant la nature de notre propre esprit. En comprenant en nous-mêmes, les mécanismes du bonheur et de la souffrance, en comprenant qu’au fond de nous même honnêtement nous ne souhaitons pas souffrir. Personne ne se réveille le matin en se disant : « puisse je souffrir toute la journée ». Cette aspiration spontanée à l’épanouissement, à la joie intérieure. Si nous le reconnaissons en nous même nous devenons capables de la reconnaitre chez l’autre. Même si cette autre est parfois maladroit, même parfois si les moyens qu’il emploie, l’amène à l’opposé de ce bonheur authentique. Dans ces cas-là, il ne s’agit pas de blâmer l’autre mais de porter le regard du médecin qui voit quelqu’un qui souffre d’une maladie quelconque et qui a  le seul désir est de l’aider à se guérir et non pas de le condamner et de le blâmer.

Mieux comprendre en nous-mêmes les mécanismes de la souffrance et du bonheur nous permet également d’étendre ce souhait à l’ensemble des êtres vivants quelque soit leur comportement. L’amour et la compassion ne sont pas des récompenses pour un bon comportement. Leur absence n’est pas une punition pour une mauvaise conduite. L’amour vise et espère que tous les êtres trouveront le bonheur et les causes du bonheur. La compassion c’est le reflet de l’amour inconditionnel lorsqu’il rencontre la souffrance à savoir le désir que les êtres soient libérés de la souffrance quel qu’elle soit.

Il y a aucune raison à restreindre cela à ceux qui nous sont chers, on peut étendre à tous les êtres animés. Ceux qui ont une distinction entre le bonheur et la souffrance.

Ainsi la méditation c’est se familiariser avec une nouvelle manière d’être qui implique également de cultiver un certain nombre de qualité fondamentale donc l’ensemble assure ce que l’on pourrait appelé un bonheur authentique et en même temps, permet ainsi de se mettre au service des autres."

déposé le 15/08/13

 

 

Au-delà de la supériorité et de l'infériorité

Lorsque l'infériorité disparaît, tout sentiment de supériorité disparaît lui aussi.

Ils vivent ensemble, ils ne peuvent pas être séparés. L'homme qui se sent supérieur se sent inférieur quelque part et l'homme qui se sent inférieur veut se sentir supérieur quelque part. Ils forment une paire, ils sont toujours là ensemble, ils ne peuvent pas être séparés.

 

C'est arrivé...

Un homme très fier, un guerrier, un samouraï vint voir un maître zen. Le samouraï était très célèbre et très connu dans tout le pays, mais en regardant le maître, en regardant sa beauté et la grâce du moment, il se sentit soudain inférieur. Peut-être était-il venu avec le désir inconscient de prouver sa supériorité.

Il dit au maître: "Pourquoi est-ce que je me sens inférieur ? Il y a un instant tout allait bien, mais en entrant dans votre cour, soudain, je me suis senti inférieur. Jamais je ne me suis senti ainsi auparavant. Mes mains tremblent. Je suis un guerrier, j'ai affronté la mort de nombreuses fois, je n'ai jamais ressenti aucune peur. Pourquoi ai-je peur maintenant ?"

Le maître dit: "Attends, lorsque tout le monde sera parti, je te répondrai". Les gens défilèrent toute la journée pour voir le maître et l'homme se lassait de plus en plus d'attendre. Le soir lorsque la chambre fut vide et qu'il n'y eut plus personne, le samouraï demanda: "Peux-tu me répondre maintenant ?"

"Viens dehors" dit le maître.

C'était une nuit de pleine lune, l'astre se levait tout juste à l'horizon... "Regarde ces arbres" lui dit-il "celui-ci qui s'élance haut dans le ciel et ce petit arbre à côté. Tous les deux ont grandi devant ma fenêtre pendant des années et il n'y a jamais eu aucun problème. Le petit arbre n'a jamais dit au grand: "Pourquoi est-ce que je me sens inférieur à côté de toi ? Comment est-ce possible ?"

Cet arbre est petit et cet arbre est grand et je n'ai jamais entendu aucun chuchotement".

"Parce qu'ils ne peuvent pas se comparer" expliqua le samouraï.

"Alors tu n'as pas besoin de me questionner, tu connais la réponse" lui répondit le maître.

La comparaison apporte l'infériorité et la supériorité. Lorsque vous ne comparez pas, toute infériorité, toute supériorité disparaissent. Alors vous êtes, vous êtes simplement là. Un petit buisson ou un grand arbre élancé peu importe, vous êtes vous-même. Vous êtes nécessaire. Un brin d'herbe est aussi nécessaire que la plus grande des étoiles. Sans le brin d'herbe Dieu serait moins grand qu'il ne l'est. Le chant du coucou est aussi nécessaire que n'importe quel bouddha, le monde serait moindre, le monde serait moins riche si le coucou disparaissait.

Regardez autour de vous, tout est nécessaire et toutes choses vont ensemble. C'est une unité organique, personne n'est plus haut et personne n'est plus bas, personne n'est supérieur et personne n'est inférieur. Chacun est incomparable, unique.

 

 

 

Prendre à cœur la réalité de l'impermanence, c'est se libérer peu à peu de l'idée même d'une saisie, d'une croyance erronée et nuisible en la permanence et d'un attachement trompeur aux valeurs rassurantes sur lesquelles nous avons tout bâti. Nous commencerons à entrevoir progressivement que la douleur causée par notre tentative de saisir l'insaisissable était, en fin de compte, inutile. 

Accepter cela pourra être douloureux au début, car nous y sommes si peu habitués. Pourtant, si nous y réfléchissons, notre cœur et notre esprit se transformeront lentement et progressivement. Lâcher prise nous semblera plus naturel et deviendra de plus en plus aisé. 

Il nous faudra peut-être du temps pour nous rendre compte de l'étendue de notre égarement mais plus nous réfléchirons, plus nous comprendrons et développerons cette attitude nouvelle. Notre regard sur le monde s'en trouvera alors radicalement transformé. 

 

 

 

Si les portes de la perception étaient purifiées,
Toute chose apparaîtrait... telle qu'elle est, infinie.

SR

    To:
  • Send them a private message
  • Show the list of their upcoming events
  • Know if you have already met this person during an event

  • Log in!

    Fb Connect

« Find others

Check out the forum


0.0334s